Évangile de Barnabas

Hofburg Palace in Vienna, Austria

L’article suivant est une traduction en français d’une étude trouvé à  http://www.spotlights.org/BarnabasTOC.htm

Mauvaise nouvelle pour les musulmans et les chrétiens

I. Introduction

La grande disponibilité et la distribution de l’Évangile de Barnabas exigent une attention méticuleuse de son message et son origine. La question qui est soulevée immédiatement en lisant l’Évangile est de savoir si elle est une présentation authentique du vrai Évangile de Jésus. Il prétend être le vrai évangile de Jésus, mais elle est contraire à la déclaration de l’Évangile accepté par les chrétiens depuis des siècles. Bien que le livre est souvent considéré comme authentique par les musulmans, il est également contraire au Coran et à l’enseignement islamique. En raison de ces questions au sujet de son authenticité, il est nécessaire d’examiner l’Évangile de Barnabas avec soin et objectivité afin de déterminer sa véritable valeur pour les chrétiens et les musulmans.

Le but de ce document est de présenter de façon limitée les résultats des évidences externes et internes qui montrent que cet évangile ne fait pas une déclaration convaincante et crédible de l’Évangile authentique de Jésus-Christ. Toutes les références à l’Évangile de Barnabas seront notées avec l’abréviation GB suivie par la section numérique du livre; par exemple (GB 52) pour l’Évangile de Barnabas, l’article 52.

II. Évidence interne

L’évidence interne c’est l’évidence fournie par le contenu du livre lui-même. Ces contenus porteront sûrement les marques d’un âge particulier et un contexte culturel des événements qu’ils prétendent à rédiger. La revendication de l’authenticité sera maintenue ou rejetée par ses accords avec le cadre historique, la substance et la cohérence du texte.

La période de l’histoire

Avec même une lecture superficielle, l’évangile de Barnabas ne peut pas passer pour une œuvre qui respire l’atmosphère du premier siècle. Elle porte trop de traces du temps médiéval européen, dont certains qui sont :

1. La mention de fûts de vin ou des tonneaux de bois lavés et remplis avec du vin (GB 152) *. Dans les jours de Jésus, les outres de peaux ont été utilisées pour le vin. Des fûts ou barriques de bois étaient inconnus dans l’ancienne Palestine.

2. « La Vierge » (GB 219) comme un titre n’a pas été donné à la mère de Jésus avant les années 300.

3. Expressions (mots et phrases) bien connues en Italie depuis le poète italien Dante qui vivait 1265-1321 sont disséminées dans le livre (GB 23, 59, 60, 78, 217).

4. Adam et Ève étaient commandés par Dieu à faire pénitence (GB 41), une pratique du Moyen Âge, non pas de l’époque du Nouveau Testament.

5. Référence à la procédure judiciaire du Moyen Âge est donnée lorsqu’un détenu est interrogé par un magistrat pendant qu’un notaire cite les éléments de preuve (GB 121).

6. On se reportera également à un duel entre deux amants rivaux qui rappelle l’âge de la chevalerie en Europe médiévale (GB 99).

7. Parmi les plus claires de toutes les traces européennes sont celles de la féodalité. L’Évangile de Barnabas représente Marie, Marthe et Lazare comme des seigneurs féodaux de villages entiers (GB 194, 122).

8. La description pittoresque de la saison d’été dans les champs et vallées (GB 169) est beaucoup plus suggestive de la belle Italie que de la Palestine en été, quand les champs sont complètement brûlés et secs.

9. L’ascétisme et d’autres traces de la société médiévale, les coutumes, les temps et les croyances apparaissent tout au long du livre, par exemple (GB 150) un pharisien qui ressemble un moine en allant dans la solitude pendant 30 ( ?) années.

 III. Substance

Un livre comme l’Évangile de Barnabas demeure ou tombe sur l’exactitude ou l’inexactitude de ses déclarations et affirmations en matière d’histoire, géographie et physiologie (et les autres).

A. Erreurs historiques

L’Évangile de Barnabas est rempli d’erreurs telles que:

1. Lorsque Jésus est né, « Pilate était gouverneur dans le sacerdoce d’Anne et de Caïphe (GB 3). » Ces hommes ne viennent pas au bureau à plus tard – Anne 6 apr. J.-C., 8 apr. J.-C. ;  Caïphe, Pilate 26 AD.

2. « … au temps d’Élie, ami et prophète de Dieu, il y avait douze montagnes habitées par dix-sept mille pharisiens .., “(GB 145). Il n’y avait pas pharisiens à l’époque d’Élie. L’histoire ne connaît d’abord de pharisiens sept siècles plus tard dans la période comprise entre 135-104 av. J.-C.

3.  L’Évangile de Barnabas cite Jésus à tort en disant que l’Année du  Jubilé vient tous les 100 ans (GB 82, 83). Du temps de Moïse (Lévitique 25: 11) l’Année du Jubilé venait tous les 50 ans. Il n’y avait qu’une seule fois dans l’histoire que le festival était connu pour avoir baissé dans 100 cycles par an. C’est alors que le pape Boniface VIII (vers 1300 apr. J.-C.) a annoncé qu’elle devrait être célébrée chaque tranche de 100 ans. Pape Clément VI (1343 apr. J.-C.) a annulé l’ordre de Boniface et a renvoyé la célébration pour tous les 50 ans comme elle l’avait toujours été. L’Évangile de Barnabas certainement été écrite, par conséquent, quelque temps après le pape Boniface (1300), pas pendant 1er siècle.

4. L’Évangile de Barnabas affirme (GB 92) que Jésus et ses disciples ‘gardèrent le silence’ pour 40 jours  au Mont. Sinaï. Le contexte montre clairement qu’il s’agit de la période de Carême avant Pâques. L’Église médite en ce moment sur les souffrances du Christ et de sa résurrection, qui sont évidemment inconnues au moment où le Christ est toujours vivant. Et il est fort peu probable que Jésus et ses disciples auraient fait quelque 450 km pour observer un jeûne de 40 jours.

5. L’Évangile de Barnabas (80 GB) dit que le prophète Daniel avait deux ans lorsqu’il  été capturé par Neboukadnetsar. Parce qu’il a interprété le rêve du roi dans la 2e année du règne du roi (Daniel 2: 1), cela rendrait Daniel seulement 3 ou au  plus 4 ans à l’époque. Il s’agit d’une impossibilité, parce que le roi a fait Daniel immédiatement le chef sur toute la province de Babylone. Daniel était alors encore un jeune homme, mais pas aussi jeune que ça.

6. C’était Darius qui a commis le Prophète Daniel dans la fosse aux lions, non Cyrus comme l’Évangile de Barnabas (50 Go) affirme. Jésus comme prophète, aurait été précise, en citant de Daniel 6.

7. L’Évangile de Barnabas (GB 54) cite Jésus en disant: « Pour celui qui veut changer une pièce d’or devrait avoir 60 mines. « La version italienne du livre divise le denier d’or ‘en 60’ minuties. ” Ces pièces étaient en réalité d’origine d’Espagnol au cours de la période wisigothe et trahissent un fond espagnol du manuscrit.

B. Erreurs géographiques

Géographiquement, les erreurs de localisation sont nombreuses et incroyables, surtout parce que Barnabas, l’auteur supposé, était le fidèle compagnon de Jésus qui a parcouru les environs de Palestine. Erreurs flagrantes abondent, telles que les suivantes:

1. Jésus parcourait à Nazareth en bateau (GB 20). Cela ne peut pas se passer, Nazareth est sur une colline de Galilée, à 2000 mètres d’altitude et une demi-journée de marche à la mer.

2. La section suivante (GB 21) confirme la confusion là où il est dit que Jésus est monté  à Capernaüm (de Nazareth). Bien sûr il est tout à fait le contraire. Il aurait débarqué à Capernaüm (le port), monté à Nazareth, puis à nouveau pour Capernaüm.

3. L’erreur est encore aggravée parce que l’incident qui aurait eu lieu à Capernaüm en fait, eu lieu de l’autre côté du lac (mer de Galilée) dans la région de Géraséniens (Marc 5: 1).

4. La même erreur est faite de nouveau lorsque Jésus vient à Nazareth (GB 143), donne un long discours ininterrompu (GB 144-151), puis embarque sur un navire (GB 151) et arrive (par bateau?) à Jérusalem (GB 152), qui est aussi loin de toute eau.

5. Le prophète Jonas (GB 63) par erreur fuit et prend un bateau à Tarse (aujourd’hui en Turque) au lieu de Tarsis (en Espagne) comme dans Jonas 1: 3.

6. Puis le poisson qui a avalé Jonas lui laisse près de Ninive (GB 63). Il est bien fondé que Ninive fut la capitale de l’empire assyrien et a été construit sur le fleuve Tigre, pas sur la côte méditerranéenne.

C. Erreurs d’exagération et le mythe

L’Évangile de Barnabas contient de nombreuses déclarations absurdes. Beaucoup sont des scientifiquement impossibles, d’autres sont des fantasmes historiques ou théologiques.

1. « Là-dessus, comme la nourriture (pomme ?) se descendait, il (Adam) se souvint de la parole de Dieu, voulant mettre arrêter la nourriture, il mit sa main dans sa gorge, où chaque homme porte la marque « (40 GB). Mettre la main à la gorge ne s’arrêtera pas le passage de la nourriture avalée. De plus, de quelle marque est-ce qu’il parle ?

2. « … les planètes, qui sont éloignés les uns les autres d’un voyage de cinq cents ans pour un homme, et la terre de la même manière est éloigné du premier ciel un voyage de cinq cents ans (GB 178) ou « quatre mille cinq cents ans » voyage (GB 105). Ces distances ne sont en aucune façon exactes, mais sont plutôt des conjectures fantaisistes.

3. « Dieu ayant créé une masse de terre, et lavoir quitté pour vingt-cinq mille ans sans faire autre chose; Satan, qui était comme prêtre et chef des anges … savait que Dieu de cette masse de terre devrait prendre des cent quarante-quatre milles signés avec la marque de la prophétie … » (GB 35). Quand Dieu n’a-t-il jamais cessé de prendre soin de la terre ? Aussi, Satan ne peut en aucun cas être considéré comme un prêtre. Prêtres cherchent à réconcilier l’homme avec Dieu ou des dieux en officiant des cérémonies et des sacrifices. Satan ne cherche nullement à concilier les anges ou les hommes à Dieu, mais cherchent d’encourager la rébellion envers Dieu.

4. « Là-dessus, à Mitspa trois armées ont assemblé chacune avec deux cent mille hommes qui portaient l’épée »(GB 91). C’étaient des armées juives, chacune croyant quelque chose de différent au sujet de Jésus et prêt pour une bataille de trois cornes où chaque partie luttera simultanément sur les deux autres. Mais calmé par un mot du gouverneur païen et le grand sacrificateur, ils ont tous simplement laissé leurs armes et ils ont embrassés l’un de l’autre, en disant: « Pardonne-moi, mon frère. » Cette histoire trahit elle-même comme un mythe phénoménal et la fantaisie. L’auteur avait l’intention de recourir à nouveau à la souche sauvage avec les exagérations des faits et des chiffres dans une tentative apparente de créer un merveilleux impact sur ses lecteurs. Où est-ce que les Juifs ont pu trouver soudainement six cent mille épées ? Pendant l’occupation romaine de la Palestine, aucune fabrication de matériaux militaires n’a été autorisée. En effet, si les Juifs avaient 600.000 hommes forts, Pilate aurait seulement été trop heureux de voir les décimer les uns les autres. Et plutôt que se battent entre eux, 600.000 juifs armés pouvaient facilement chasser les Romains qu’ils haïssaient, dès la sortie de la Palestine. L’ensemble de l’armée romaine dans le monde à ce temps ne comptait plus que la moitié de ce chiffre (Encyclopedia Britannica, 1966 ed. Vol. 19, pp. 527528).

5. Jésus intercède en vain pour que Dieu donne le pardon à Satan. Après, Jésus avertit Satan: « Il faut savoir que l’ange Michel a besoin, le jour du jugement de te frapper avec l’épée de Dieu cent mille fois et chaque coup te donnera la douleur de dix enfers « (GB 51 57). Cette punition est illusoire et dénuée de sens, surtout lorsqu’on les compare aux peines effectives prévues pour Satan dans la Bible.

6. Le jour du jugement, “… les démons et les réprouvés avec Satan vont pleurer pour que plus d’eau aille couler des yeux de l’un d’entre eux que ce qui est dans la rivière de Jordon « (GB 55). Encore une fois, il s’agit d’une description fantaisiste qui n’est pas digne de la Sainte Écriture.

7. Au jour du jugement “… le cilice brillera comme le soleil, et tous les poux une l’homme aura supporté pour l’amour de Dieu sera transformée en perle “(GB 57). Où est l’homme ordonné ou exhorté à porter des poux pour l’amour de Dieu ?

8. À cause d’une sécheresse on dit: « O mon frère, il est maintenant deux mois que j’ai bu l’eau »(CB 144149). Ceci est une impossibilité physique.

9. « Rome seule a vingt-huit mille dieux qu’on peut voir » (Go 152). Il n’y a pas doute que cela est encore un nouvel effort d’impressionner avec des chiffres exagérés (ainsi que dans GB 21, 178 , 179,  199 et ailleurs). Rome avait beaucoup de dieux et de déesses, dans son PANTHEON, mais pas 28.000.

IV. Cohérence

Dans toutes les oeuvres littéraires authentiques, la cohérence doit être respectée. Validité et l’honnêteté demandent que le texte soit dans un accord cohérent avec lui-même et avec d’autres sources d’information authentifiée.

A. L’Évangile de Barnabas, est-il cohérent avec lui-même ?

Cette œuvre a de nombreuses incohérences. L’incohérence la plus flagrante et contradictoire en-soi est immédiatement vu dans le titre de l’auteur. Le Barnabas réel, originaire de Chypre ayant le grec comme sa langue maternelle, devrait certainement savoir que le Christ (en grec) est l’équivalent du Messie (hébreu). En tant que Juif chypriote, il aurait connu les deux langues et ne donnerait pas à Jésus le titre Christ au début et ensuite pendant tout son « Évangile » nier que Jésus est le Messie (GB titre, 42, 82 et autres). Il se trompe à nouveau (GB 16) en ayant le Christ Jésus né à Bethléem et en donnant le titre de Messie à Muhammad qui était né à Mecque.

Non seulement il y a une confusion concernant le titre de Jésus à la naissance, mais aussi quant à sa mort. Jésus fait allusion à sa mort « comme Lazare » et la résurrection (GB 195). Jésus dit également (GB 213): « Béni soit ton saint nom, ô Seigneur, parce que tu ne m’as pas séparé du nombre de tes serviteurs qui ont été persécutés et tué par le monde. » Après la mort de Jésus est d’ailleurs refusée (215 & tout au long du livre).

B. L’Évangile de Barnabas est-il compatible avec la Bible et le Coran ?

La suivante est seulement certaine de ses contradictions de l’un ou des deux:

1. Muhammad est désigné comme le Messie (GB 42). Pour être le Messie, Muhammad aurait dû été un Juif. La Bible (Jean 1:41) et le  Coran (sourate Al Imran 45; Maida 72) déclarent que Jésus est le Messie.

2. Marie a donné naissance à Jésus sans douleur (GB 3). Le Coran (Maryam 23) précise que Marie a donné naissance à Jésus avec la douleur.

3. Une seule femme est autorisée (GB 115). Le Coran dit qu’un homme peut prendre 3 ou 4  épouses (Al-Nisa 3).

4. Les comptes du jour du jugement dans le Coran et l’Évangile de Barnabas se contredisent (GB 53 vs. Surahs ‘Abasa 80:33-37 et Al-Haqqa 69:13- 18).

5. Il y a neuf cieux (GB 105, 178), suivant Danté. La Bible a trois cieux  (2 Cor. 12:2). Le Coran stipule sept (Sourates, Nuh, 71:15; Aal-Mulk 67:3; Al-Mu’minun 23:86; Ha, Mim Al-Sajda 41:12; Bani Israil 17:44; Al-Talaq 65:12, et Al-Baqara 2:29).

6. Ismaël a été offert sur l’autel par Abraham (GB 44). La Bible noms Isaac (Genèse 22; James 2:21). Le Coran en déduit aussi Isaac, qui est nommé deux fois dans la Sourate (Saffat 100-113).

7. La circoncision est nécessaire pour le salut éternel (GB 23). La Bible enseigne que la circoncision n’est pas nécessaire pour le salut éternel (cf. Ac 15, 1-16).

8. Une citation biblique du prophète Ezéchiel (33: 11) est attribuée au Prophète Joël (GB 165), et une prophétie attribuée à tort à Ezéchiel (GB 67) est effectivement tirée du prophète Jérémie (31: 31). On attribue également au prophète Daniel un récit historique trouvé beaucoup plus tôt dans I Rois 22. Il est étrange que Jésus, sachant l’Ancien Testament, si bien, ne corrige pas « Barnabas », s’il était en effet l’auteur du texte.

9. Dieu est considéré comme le « Dieu d’Abraham, Ismaël et Isaac » (GB 212). L’Ancien Testament se lit toujours « le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ».

10. Adam lui-même circoncis (GB 23). La Bible déclare à Abraham d’être le premier homme circoncis (Genèse 17: 24).

11. L’Évangile de Barnabé ignore totalement l’existence du prophète Jean le baptiste (Yaha Ibn Zakariya), si important dans la Bible et le Coran, et pourtant les mots mêmes de Jean (Jn 1, 27) sont mis dans la bouche de Jésus (42,96 GB), un plagiat évident.

12. Jésus, soi-disant, raconte un dialogue entre le prophète Élie et un aveugle qui n’existe nulle part dans l’histoire biblique (GB 116117).

13. Plus étrange encore est l’affirmation contenue dans l’Évangile de Barnabas que le souverain sacrificateur juif, et peut-être aussi Hérode et Pilate, a souhaité … pour se prosterner et adorer Jésus … (GB 93). Il faut se rappeler, le souverain sacrificateur était le chef ennemi de Jésus et ne pouvait pas être sur le point de l’adorait pour deux raisons: 1) il considèrent Jésus coupable de blasphème (Marc 14:63,64). 2) Jésus a constamment condamné les prêtres de l’hypocrisie.

Les autres distorsions et perversions dans l’Évangile de Barnabas pourraient être exposées, mais les preuves internes ci-dessus devraient suffire à convaincre quiconque de la nature erronée de ce livre. Cependant, il y a des faits supplémentaires qui seront pris en considération.

V. Preuves extérieures

A. Les manuscrits anciens

Il est remarquable qu’il n’y a pas en vigueur l’Évangile de Barnabas dans la langue grecque, la langue des écrivains orthodoxes des Évangiles. La source de la traduction en cours en l’anglais est un manuscrit italien désormais conservé à la Bibliothèque impériale de Vienne. George Sale, dans la préface à la première traduction du Coran en anglais, fait une référence à une copie de l’Évangile de Barnabas en espagnol, qui semble avoir été, au moins pour un temps, en sa possession. (Le texte du manuscrit italien contient de nombreuses erreurs d’orthographe, donc peut-être la version espagnole est l’original.) En revanche, plus de 5.300 manuscrits du Nouveau Testament grec existent aujourd’hui, et d’autres sont susceptibles d’être découverts. Aucun autre document de l’antiquité ne commence à approcher ces nombres. En comparaison, l’Iliade d’Homère, dont l’authenticité n’est contestée nulle part, est loin dans la deuxième place avec seulement 643 manuscrits en vigueur de ce poème grec.

Sale affirme que la version espagnole de l’Évangile de Barnabas était une traduction de l’Italienne par un musulman espagnol nommé Mustafa de Aranda (Aranda, une ville située dans le nord Espagne). La version espagnole est maintenant perdue, mais dans sa préface, selon Sale, le texte italien était volé par un moine, Fra Marino, de la bibliothèque du pape quand le Pape Sixte V a pris une petite sieste. Après l’avoir lu, Fra Marino est devenu musulman. Son vol a été prétendument motivé par son désir de mettre la main sur le livre depuis qu’il avait rencontré par hasard une écriture de l’Irénée le Père de l’Église dans laquelle il a parlé contre Saint-Paul, tirant pour son autorité un « Évangile de Saint Barnabas ». Nulle part, toutefois, dans les écrits volumineux conservés d’Irénée n’est-il fait mention d’un évangile de Barnabé. En outre, Irénée reconnaît clairement les écrits de Paul comme inspirés et il déclare succinctement que seuls les « quatre » Évangiles (Matthieu, Marc, Luc, Jean) ont été ou à jamais été donnés par Dieu.

C’était en 1907 que le texte italien de l’évangile de Barnabé fut traduit en anglais  par Lonsdale et Laura Ragg. Dans leur introduction à l’œuvre, ils font preuve de l’effet que le livre était un faux livre médiéval. Depuis ce temps, les traductions en arabe et en ourdou ont été produites, tous, cependant, sans l’introduction par le Raggs. Lt. Col M.A. Rahim (Pakistan) a réimprimé l’Évangile de Barnabas en anglais en 1973, en omettant l’introduction de Raggs et remplaçant par un autre, d’un point de vue différent.

Un évangile de Barnabé a été inscrit dans un décret attribué au Pope Gelasius I (492-495 AD), quoique la date de ce décret et son authenticité est contestée. Dans ce soi-disant décret de Gélasien, un évangile de Barnabé est rejeté, de même avec quelque 10 autres « Évangiles » grecs considérés comme hérétiques. Si un tel livre avait été rédigé par l’authentique Barnabas, il aurait sans doute été reconnu comme authentique, parce que Barnabas était haut estimé partout. Quelles que soient les autres références à un évangile de Barnabé, il n’y a aucune base de l’assimilé, si elle existait, avec le présent Évangile de Barnabas sous discussion. Titres identiques ne prouvent pas de livres identiques.

B. Le Barnabas Historique

Barnabas, selon le Nouveau Testament, la seule source d’information historique disponible sur lui, n’était pas un apôtre de Jésus. Il est douteux qu’il n’ait jamais même vu Jésus. Le nom de Barnabas est mentionné 28 fois dans le Nouveau Testament, mais pas une seule fois dans les quatre Évangiles. C’est parce qu’il n’est pas devenu un disciple seulement après l’ascension de Jésus et il était appelé Barnabas (fils d’encouragement), par les Apôtres un certain temps plus tard (Ac 4, 36). Jésus, s’il l’avait connu, aurait lui adressé par son nom original Joseph.

Paul et Barnabas avaient une division temporaire quand ils n’étaient pas d’accord au sujet du jeune homme Jean-Marc concernant la sagesse de lui avoir lui comme un compagnon voyage, mais ils n’ont jamais été en désaccord comme l’Évangile de Barnabas présent, en matière de doctrine, ce qu’un examen exact du texte du Nouveau Testament en témoigne. Paul et Barnabas ont été entièrement d’accord quant à l’Évangile pur. Et tous deux étaient d’accord avec l’Apôtre Pierre qui fut un disciple et compagnon de Jésus (I Pet. 1: 3).

Une légende raconte que c’est en 478 Barnabas a paru dans une vision à l’évêque de Salanus (Chypre) et dit : « Vous trouverez une grotte et un cercueil, parce que là tout mon corps a été préservé et un Évangile écrit de ma propre main… ». Cette citation n’est que partielle, car elle se poursuit dans l’Original : « … que j’ai reçu de l’apôtre et évangéliste Saint Matthieu. » Donc, cet Évangile, si elle a réellement existé, a été écrit par Barnabas, mais son origine été avec Matthieu, et pour cette raison ne pouvait se lire comme l’Évangile d’aujourd’hui de Barnabas. Il serait sans doute en accord avec l’Évangile de Matthieu canonique, qui, avec tous les autres écrits du Nouveau Testament, a été acceptée comme authentique par l’Église chrétienne depuis l’an 200 après J.-C. et officiellement déclaré authentique en 382 AD. Les Pères de l’Église par la suite ont cité de tous les livres du Nouveau Testament, mais pas une seule fois l’Évangile de Barnabas. De même, aucune savante musulmane ne fait référence à l’Évangile de Barnabas, jusqu’au 18e siècle. Il est hors de raison que l’Évangile de Barnabé, si elle était authentique, pourrait avoir été écrasé et caché pour tous ces siècles.

En fait, personne ne sait ce qui est finalement arrivé à Barnabas. La tradition lui situe à la fois à Alexandrie et à Rome. En fait, un autre livre apocryphe, l’Épître de Barnabas (il ne faut pas confondre avec l’Évangile de Barnabas), est venu d’Alexandrie. Autres livres bien pu être attribuée à Barnabé, tels que les Actes de Barnabé, mais aucun d’euxn’ont jamais été reconnus canonique ou inspiré. Ils n’ont aucune corrélation avec l’Évangile de Barnabas examinée dans ce document.

C. Manuscrit Moyen âge

La plus ancienne histoire du manuscrit italien de l’Évangile de Barnabas  commence avec la découverte ou l’acquisition par un savant nommé Cramer à Amsterdam, Hollande en 1709 apr. J.-C. Il a changé mains plusieurs fois avant de s’immobiliser à Vienne, où il est aujourd’hui conservé. Ce manuscrit de la Bibliothèque impériale a été écrit dans le courant du 16e siècle après J.-C., selon les experts qui ont examiné son script, la reliure et le papier. Cela se révèle peu, car il ne peut être démontré qu’il a été traduit à partir d’une source précédente. Mais il est significatif qu’il n’y ait aucune référence ou allusion à n’importe quelle source d’origine, qu’il soit grec, hébreu, latin, espagnol, arabe ou autre. Quelques notes marginales en gaffeur arabe qui trahissent une main européenne, ne semblent, ce qui ne fait que renforcer la conclusion qu’elle ne pouvait pas être fondée sur toute autre langue (à l’exception peut-être de l’espagnol parce que l’italien lui-même est faible). Il est très suspect, par conséquent, que Mustafa de Aranda soit lui-même l’auteur de l’Évangile de Barnabas en raison du caractère médiéval du texte, comme il ressort de la précédente section de cette étude.

VI. Conclusion

George Sale, Lonsdale et Laura Ragg, et chaque chercheur honnête qui s’est donné lui-même à une étude objective de l’ouvrage est d’accord que l’évangile de Barnabé n’est rien plus qu’un faux document. Et chaque chercheur de la vérité sans préjugés en comparant ceci avec les Évangiles authentiques dans le Nouveau Testament, inévitablement se conclura le même. Il n’est pas un livre approprié pour être utilisé par les musulmans ou les chrétiens à cause de ses nombreuses imprécisions et fausses déclarations des faits. L’Évangile de Barnabas effectivement fait une parodie de la vérité historique et est une insulte aux hommes honnêtes et intelligents. Dans la recherche des faits historiques authentiques pour les vrais débuts du christianisme, il doit être rejeté comme n’ayant aucune valeur objective. Par rapport aux preuves historiques à l’appui de la validité de la Bible et en particulier les comptes des quatre Évangiles dans le Nouveau Testament, l’Évangile de Barnabas ne peut légitimement être comparé à la Bible. Elle se disqualifie comme une source historique pour la vie et le ministère de Jésus et se qualifie pour être considéré comme un curieux texte de littérature polémique musulman-chrétienne pendant le moyen âge.

 

AUTRES LIVRES UTILES ET BROCHURES

Abdul-Ahad, Selim, and Gairdner, W.H.T. “The Gospel of Barnabas: An Essay and Inquiry. » Hyderabad: Henry Martyn Institute of Islamic Studies, 1985.

Campbell, William F. « The Gospel of Barnabas: Its True Value. » Rawalpindi: Christian Study Centre, 1989.

Gilchrist, John. « Origins and Sources of the Gospel of Barnabas. » Brighton: FFM Publications, 1980.

Jadeed, Iskandar. “The Gospel of Barnabas: A False Testimony. » Rikon, Switzerland: The Good Way.

Sox, David. « The Gospel of Barnabas. » London: George Allen & Unwin, 1984.

« The Gospel of Barnabas. » Edited and translated by Lonsdale and Laura Ragg. Oxford: At the Clarendon Press, 1907.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *